7 idées reçues sur les relations presse et les médias

Les relations presse sont encore et toujours l’un des leviers clés pour asseoir une notoriété, permettre à un nouveau produit de toucher sa cible et répondre aux enjeux d’image des entreprises, particulièrement à l’ère du digital.

Si elles s’adaptent à notre époque, l’objectif des RP demeure : intéresser les journalistes, influenceurs et bloggeurs avec des informations de qualité qui s’éloignent des discours marketing formatés. Leur organisation, leur coordination et leur déploiement minutieux sont gage de réussite pour exister sur son marché, se différencier de ses concurrents et obtenir des résultats quantitatifs et qualitatifs.

Le métier d’attaché de presse est obscur pour de nombreuses entreprises et génère nombre d’idées reçues.

En voici 7 qui vous permettront de mieux comprendre ce métier :

1. Les Relations Presse, c’est la même chose que la publicité

La publicité, c’est tout simplement de la visibilité achetée. L’entreprise cible les médias qui l’intéressent, rédige et met en page son message, définit son budget d’insertion publicitaire et fait parler d’elle par le biais d’annonces presse. Elles doivent être répétées à plusieurs reprises pour avoir un impact perceptible.
Les Relations Presse assurent une visibilité que l’on obtient par le biais d’un attaché de presse. En accord avec son commanditaire, le professionnel délivre des informations pour obtenir une couverture médiatique, sans passer par la case publicité.  Attaché de presse et journaliste entretiennent une relation non marchande, libre. C’est la qualité des messages, leur ciblage et leur orchestration dans le temps qui font le succès de la campagne. N’oubliez jamais que la décision finale de traiter une info ou pas revient au journaliste.

2. Faire un copier/coller du contenu de votre plaquette commerciale intéressera les médias

Un journaliste n’est pas un client, ni un prospect. Il attend du contenu et de l’information en lien avec l‘actualité de l’entreprise. Il se méfie des brochures, publicités et autres flyers commerciaux. Des faits, de l’info, rien que de l’info vérifiée et sourcée évidemment.

3. Les RP, c’est petits fours, champagne et Louboutin

En vérité, l’attaché de presse passe plus de temps à écrire des communiqués et des dossiers et à relancer les journalistes au téléphone qu’à manger des petits fours en souriant à 360°. Un attaché de presse est l’interface entre son client et les journalistes. Il doit parfaitement connaître l’entreprise qu’il représente. Il a donc des responsabilités, la réputation de son client dépend en grande partie de lui. Les voyages de presse, petits déjeuners et autres show-rooms constituent des outils qui mettent en lien les produits, l’actualité et les acteurs de l’entreprise avec les journalistes. Un attaché de presse doit également rendre des comptes à son client, rédiger des bilans et adapter les stratégies aux enjeux de l’entreprise.

4. Les RP, un métier exclusivement féminin

Les derniers chiffres communiqués par l’ONISEP indiquent que 2/3 des attachés presse sont des femmes ce qui nous laisse,  si l’on compte bien, 33% d’hommes. Ce n’est pas négligeable. D’ailleurs l’agence media conseil presse à Grenoble compte deux hommes pour une femme !

5. Votre entreprise régionale et son marché de niche BtoB n’intéresseront pas les journalistes nationaux

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les journalistes aiment les sujets neufs. Ils sont toujours à la recherche de sujets positifs, d’initiatives originales issus du territoire français, d’entreprises qui se développent, de secteurs de niche. Chaque entreprise a sa chance pour intéresser les médias à condition d’avoir mené une réflexion et une démarche de RP en amont avec des interlocuteurs locaux qui maîtrisent le tissu économique régional et connaissent le fonctionnement des médias au plan local comme national.

6. Pour faire des RP au plan national il faut faire appel à une agence parisienne

Un exemple qui bat en brèche cette idée reçue tenace. L’agence media conseil presse à Grenoble travaille au plan national pour tous ses clients. Dans son giron depuis plus de 10 ans, la marque de maillots de bain Arena, basée près de Bordeaux. Parmi ses expériences, l’athlète Amélie Mauresmo, pendant trois ans. Aujourd’hui les moyens digitaux gomment les km et la distance entre les journalistes et les attachés de presse en région. Ce qui n’empêche pas les salariés de l’agence grenobloise de programmer des escales mensuelles à Paris pour aller à la rencontre des journalistes via des événements.

7. Les relations presse c’est tellement simple que je peux le faire moi-même…
On entend parfois : « Les relations presse c’est simple! Il suffit d’envoyer un communiqué puis de rappeler ». Si seulement…  Ce métier est beaucoup plus complexe qu’il n’y parait. Au delà des envois de communiqués de presse et des précieuses relances téléphoniques, les relations presse s’intègrent dans une stratégie de communication globale. Elle implique la veille, la conception, la rédaction, la diffusion d’informations, l’analyse des retombées pour ajuster la stratégie, les RDV avec la presse, l’organisation d’événements presse, mais aussi et surtout une relance quasi-quotidienne par téléphone, texto… Un travail de longue haleine qui s’inscrit dans le temps et demande de l’énergie, de l’humilité, de la réactivité et une grande dose de créativité.

12 conseils efficaces pour rater sa campagne de relations presse

  1. ne lisez pas les journaux, n’écoutez pas la radio, de regardez ni le web ni la TV, ni les réseaux sociaux
  2. « arrosez » la presse de communiqués, sans discernement, ni relâche
  3. n’ayez avec les journalistes que des relations par mail
  4. faites faire les relances par une assistante ou un stagiaire, le nombre qu’il faut : ils finiront bien par craquer
  5. protestez auprès des rédactions quand vos communiqués ne sont pas publiés
  6. faites jouer le droit de réponse à la moindre critique
  7. exigez de relire l’article avant parution
  8. ne passez de publicité dans le journal que s’il dit du bien de votre entreprise
  9. persuadez votre DG que la presse est a priori hostile… ou a priori amicale
  10. organisez une conférence de presse par mois
  11. demandez que toute interview soit présentée par écrit. Ne répondez qu’après une semaine de mûre réflexion
  12. rappelez systématiquement l’historique de votre entreprise au début de chaque dossier de presse ou communiqué de presse

L’attaché de presse en 2018